Nos oliviers et un massif de plantes méditerranéennesNos oliviers et un massif de plantes méditerranéennes L'une de nos restanques d'oliviersL'une de nos restanques d'oliviers Nos oliviersNos oliviers

L'Asphodèle

Maison d'hôtes
de charme
sur les hauts de Gordes

 

Plus de photos et d'infos pour satisfaire votre curiosité
Asphodèle au-dessus de la piscine - 27/04/10Asphodèle au-dessus de la piscine - 27/04/10
Asphodèle
Bouquet d'Asphodèles au dessus de la piscine - 20/05/09Bouquet d'Asphodèles au dessus de la piscine - 20/05/09
Asphodèles dans le LuberonAsphodèles dans le Luberon
Asphodèles jaunes au-dessus de la piscine - 11/05/10Asphodèles jaunes au-dessus de la piscine - 11/05/10
Champ d'AsphodèlesChamp d'Asphodèles
AsphodèleAsphodèle
Sarcophage des Muses - Musée du LouvreSarcophage des Muses - Musée du Louvre
Clio, Euterpe et Thalie par Lesueur - Musée du LouvreClio, Euterpe et Thalie par Lesueur - Musée du Louvre

Pour savoir ce qu'est un asphodèle... et qui sont les 9 muses.

Le nom "Asphodèle"

Nom masculin, il vient du grec asphodelos, nom grec de ces plantes signifiant "fer de pique" par allusion à la forme des feuilles.

 

La plante

L'Asphodèle pousse naturellement dans les régions méditerranéennes. On le trouve aussi en Bretagne. L'Asphodèle d'arrondeau, spécifique à la Bretagne, fait partie des plantes protégées.

Vivace de la même famille que les lis (les liliacées), il produit une touffe de feuilles longues et minces au sein desquelles se développent de grandes hampes florales creuses, faisant communément jusqu'à 1m de haut.
Celles-ci portent de très nombreuses fleurs blanches qui s'épanouissent progressivement, du bas vers le haut de l'inflorescence, à partir du mois de mai.
A ces fleurs succèdent des fruits ronds et luisants, verts ou bruns de 1 à 1,5 cm de diamètre.

L'Asphodèle a la propriété de résister au feu. Sa racine tubéreuse contient de l'amidon. Autrefois c'était un aliment recherché qu'on mélangeait à des figues ou qu'on utilisait dans la panification. Les tiges séchées servaient de fourrage et s'utilisaient pour la confection d'objets.


Les Grecs et les Romains le considéraient comme une plante magique : ils croyaient qu'il guérissait les morsures de serpent et les maladies de la femme.
Les Asphodèles ont bien des vertus médicinales : tous ont une action diurétique et certaines espèces, une action antiseptique.

 

Asphodèle et Mythologie

Dans la mythologie, cette petite fleur blanche, si courante dans les paysages des bords de la Méditerranée, a été choisie pour figurer l'ensemble des âmes simples qui ont vécu sur terre de manière effacée, et dont le souvenir s'estompe avec le temps après leur mort, semblable à un Asphodèle que l'on ne peut distinguer, dans un champ, de ses voisins.

Cette croyance antique nous invite à une grande modestie, quand on sait que les hommes, aussi "grands" fussent-ils, iront tôt ou tard rejoindre la plaine des Asphodèles.

 

Cette fleur sacrée dans la mythologie grecque et romaine, emblème de la résurrection, est citée par Homère, dans l'Odyssée, qui l'associe aux Champs-Elysées.

Dans ces Champs-Élysées, séjour heureux des âmes vertueuses, régnait un éternel printemps. La terre toujours riante se couvrait sans cesse de verdure, de feuillage, de fleurs et de fruits. À l'ombre des bosquets embaumés, des bois, des massifs de rosiers et de myrtes égayés par le chant et le ramage des oiseaux, arrosés par les eaux du Léthé au doux murmure, les âmes fortunées goûtaient le plus délicieux repos, et jouissaient d'une jeunesse perpétuelle, sans inquiétude et sans douleur.

Étendus sur des lits d'Asphodèle, ou mollement assis sur le frais gazon, les héros se contaient mutuellement leurs exploits, ou écoutaient les poètes célébrer leur nom dans des vers d'une ravissante harmonie. Enfin, dans les Champs-Élysées, étaient réunis tous les charmes et les plaisirs, comme étaient accumulés dans l'Enfer des coupables, toutes sortes de tourments.

 

Citation

Extrait de "Booz endormi" de Victor Hugo, tiré de la Légende des Siècles

Pendant qu'il sommeillait, Ruth, une moabite,
S'était couchée aux pieds de Booz, le sein nu,
Espérant on ne sait quel rayon inconnu,
Quand viendrait du réveil la lumière subite.

Booz ne savait point qu'une femme était là,
Et Ruth ne savait point ce que Dieu voulait d'elle.
Un frais parfum sortait des touffes d'Asphodèle;
Les souffles de la nuit flottaient sur Galgala.

L'ombre était nuptiale, auguste et solennelle;
Les anges y volaient sans doute obscurément,

 

Des chambres aux noms de Muses

Les 9 Muses, filles de Zeus et de Mnémosyne, déesse de la mémoire, résidaient sur le mont Parnasse ou sur l'Hélicon.
Platon fit des neuf Muses les médiatrices entre le dieu et le poète ou tout créateur intellectuel.
Pour les pythagoriciens, les Muses sont liées à un travail de mémoire qui permet à l'individu d'échapper à la fuite du temps. Les Muses nous permettent de remonter le cycle de nos existences antérieures et d'échapper ainsi à la précarité humaine pour accéder à une forme d'existence divine.

 

Les Noms des chambres

Les autres muses

Euterpe - La Musique

Clio - L'Histoire

Terpsichore - La Danse

Calliope - L'Eloquence

Erato - La Poésie Lyrique

Polymnie - La Rhétorique

Thalie - La Comédie

Melpomène - La Tragédie

Uranie - L'Astronomie

 

 

 


 


 

Thierry TARQUIS & Christophe NOGUÈS - L'Asphodèle
Lieu-dit Fontanille - Route de Murs - 84220 GORDES
Tel : 33 (0)4 90 72 01 30

Pour nous écrire